Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 01:00

Voici déjà pas mal de temps, j'imaginais le personnage de DJ Rachida Tronik. J'avais publié la petite nouvelle sur un autre de mes blogs mais comme celui-ci est spécial dédié musique, je me dis que ce serait bien de republier ici cette écriture folle...

 

Ce vendredi soir, jour également du culte musulman, c'est le début du Shabbat, et pour l'occasion, grâce à la complicité des archéologues ayant terminé leurs fouilles dans les sous-terrains de la Vieille Jérusalem de l'occupation romaine et de l'époque du Christ, partout dans la ville tant à l'Est qu'à l'Ouest des affiches "Rave Party with the Guest Star Rachida Tronik".


22h30, Rachida Tronik, de père israélien juif éthiopien et de mère palestinienne musulmane, opère les premiers réglages. Les catacombes s'emplissent par les deux accès, l'une côté occidental, l'autre côté oriental; accès bien gardés par la police.


22h45, c'est comble, on ne laisse plus entrer personne, Rachida Tronik attrape d'une main svelte le premier vinyl et la soirée commence sous la lumière rouge, bleue et violette. Du bon son technoriental, un peu de revisitation de la bonne House Music, des tubes pop français et de tous les pays. Il fait de plus en plus chaud entre les vibrations de la musiques, les vapeurs d'alcool et les volutes de fumée...


Juifs Hassidims, Musulmans Souffis (ou qui ont toujurs rêvés de l'être), Chrétiens curieux, on voit même des touristes indiens et asiatiques se balancer aux murmures assourdissants du mix spécial Harissa...


L'événement est retransmis par une webradio de Tel-Aviv et fait le tour du monde via internet.


Minuit. Dans un coin un Rabbi écoute suavement un Imam Souffi, tandis que Rachida Tronik prépare sur la platine son vinyl fétiche et le lance: Breaking the Wall. A moitié tripé au shit, à moitié tripé à l'alcool, voire d'autres substances pour les plus jeunes ou les plus vieux (allez savoir), la foule reprend en anglais lorsque notre Rachida Tronik prend le micro, le mike, et lance "Le Rock a fait tomber le mur de Berlin, le technoriental fera tomber le mur de séparation entre l'Est et l'Ouest de Jérusalem!".


La foule est en délire, on annonce que la fête se poursuivra dans la rue, en surface, tout le monde monte, le mot est lancé "tous au mur de séparation"! La DJ monte dans une camionette aménagée avec baffles au-dessus, le cortège se lance...


Les caméras des télévisions, de CNN à EuroNews, alertées par internet, arrivent et dans le monde entier on voit une foule de papillotes, de djellabas, de foulards, avancer en dansant vers le mur de séparation.


Le Président ainsi que le Premier Ministre d'Israël, scotchés devant leur petit écran sont abassourdis. Que faire? L'armée a déjà baissé les bras, "on va quand même pas tirer sur nos propres habitants?".


La foule arrive au mur. Et dans le monde entier on voit des juifs et des palestiniens qui ensemblent l'escaladent, prennent des pioches et commencent à en tirer qulques morceaux.


Le Président et le Premier Ministre annoncent sur le champ leur démission, quelques juifs orthodoxes commencent à se demander s'il est bien convenable que le Messie soit une femme et qui plus est non totalement juive, Ben Laden fait en direct une intervention via internet "J'abandonne toute action armée pour me lancer dans la musique", le Président des USA se dit que si ça continue comme ça on va bientôt le mettre au chômage...


Et voilà comment en une nuit de technoriental avec DJ Rachida Tronik la face du monde fut changée...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Town Ground anc. Igor Gorovitch
  • : Créations électroniques d'un dissident du numérique bien intégré. Musique style 90's et (un peu) programmation style années 1980 (80's). Les eighties au cœur.
  • Contact

Recherche