Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 05:16

Est-il possible d'inclure de la pop française dans un mix Deep House? Voilà bien une question qui m'aurait fait rire moi-même avant que je n'écoute quelques nouveaux titres deep-house et chillout et que, dans un drôle d'éclair d'inspiration, je ne me dise «mais dis donc ça ça irait bien avec quelques tubes de Serge Gainsbourg».

Mais il est vrai qu'avec Serge Gainsbourg, surtout à son époque Gainsbarre, l'orchestration est mi-acoustique mi-électro et que donc tout est possible.

Mais c'est surtout avec la Deep-House que tout est possible. Ainsi n'ai-je pas déjà entendu un extrait du discours de Martin Luther King "I Have a Dream" inclu dans un mix Deep House? Et ça allait très bien. Ou bien du saxophone de bon vieux Jazz. Là aussi ça allait très bien.

Ce qui compte est de rester dans le ton et dans le sujet.

Bref, soyons fous me suis-je dit, et j'ai réalisé un mix Deep House incluant quelques morceaux de Serge Gainsbourg (pas trop quand même, juste ce qu'il faut). C'est donc "Love on the Mix" (titre inspiré du Love On the Beat de Serge Gainsbourg et qui est inclu dans ce mix).

Lien: https://soundcloud.com/lbph/love-on-the-mix-the-holy-house-8 un mix très orienté love évidemment (ben oui quoi, comment faire autrement avec Serge Gainsbourg?).

Pour des oreilles francophones ça plaira pour le texte, pour les anglophones ça plaira pour la bizarrerie mais aussi pour le texte car ses textes sont très connus en Angleterre (Jane Birkin oblige) et même aux USA!

Partager cet article
Repost0
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 03:56

Comment s'offrir une soirée cool quand on a pas le sou (ni le look requis) pour sortir en boîte? Chez soi évidemment. Pour moi c'est tout seul, mais quelques-uns pourraient avoir la chance d'inviter de bons amis et même, mais plus rarement encore, de bonnes amies.

Vous allez aussitôt m'objecter que chez soi on ne peut pas faire trop de bruit, on ne peut pas mettre la sono à fond, sinon c'est police dans dix minutes. Oui, mais justement c'est là tout l'intérêt. Avez-vous déjà vu sur YouTube ou à la télé des vidéos tournées en boîtes de nuit? Franchement le son est tellement fort que même en se parlant de bouche à oreille il faut crier... Pas très pratique, avouez-le. En plus, chez soi on peut fumer tranquille.

Evidemment il faut un ordi, mais l'investissemnt est de environ 200 € pour un bon ordi d'occase sinon cela descent jusqu'à 150 € s'il est basique. Ensuite niveau internet pas besoin de connexion illimitée et la plus rapide possible.

Personnellement j'ai un forfait internet minimum qui me revient à 24,95 € / mois. Il est minimum mais permets déjà de véhiculer jusqu'à 100 Go par mois (je dépasse rarement les 15 Go). D'accord sa vitesse est lente mais est néanmoins amplement suffisante même pour regarder des vidéos. Ceux qui veulent de la vitesse oublient souvent que d'abord leur propre ordinateur et ensuite leur antivirus ralentiront très fortement cette vitesse acquise à prix d'or... pour rien!

Mais première chose à savoir: un plan YouTube est le pire que vous pourriez faire; il n'y a pas plus nul niveau ambiance.

Bon, il est temps de débuter la soirée.

D'abord la pré-party... Là ça se passe à la radio. Bon, entre nous, vous connaissez une radio francophone (sur Bruxelles en tout cas) qui passe deux heures de mix DJ en musique électro (House, Dance, Funk, R&B) en continu et sans publicité? Moi non!

Donc on optera pour une station flamande. Pour Bruxelles la meilleure reste MNM (pour ce qui est du vendredi soir et du samedi soir de 22h à minuit, juste entrecoupé de 4 minutes d'infos à 23h). On l'écoutera soit à la radio sur 88.3 FM à Bruxelles soit sur internet sur www.mnm.be .

Le mix y est assuré par des DJ pros dont certains travaillent pour des boîtes de nuit vraies de vraies.

Après la pré-party, la party elle-même. Et là c'est chacun selon ses goûts.

Je recommanderai spécialement une bonne plateforme, pas seulement électro d'ailleurs (y a de la hip-hop, du rock, de la pop, etc.), mais qui assure pas mal niveau électro. On y trouve notamment des mixes DJ de bien meilleure qualité que les miens, faits eux aussi par des DJs pros.µ

Cette plateforme? SoundCloud évidemment!

Bon c'est en anglais, mais en gros ça fonctionne via le boutton "Search".

Que recommander comme recherche? Qu'y trouve-t-on?

Et bien figurez-vous que vous trouverez même David Guetta! Et oui, il possède une page sur SoundCloud et il y a là plus de 8 heures de mix dancefloor commerciale. Si c'est ce que vous aimez bien évidemment.

Plutôt House que Dance? Alors sans conteste A.K. Steppa (avec ou sans points je sais plus) est le DJ qu'il vous faudra. C'est un britannique qui travaille même de temps à autres à Ibiza... Bon là y a pas photo, vous serez comme un vrai V.I.P.

Enfin, il faut bien finir la soirée avec une after-party qui joue les prolongations. Et bien ça se passe chez untitledmusic avec Richie Hartness, un gars de Nouvelle-Zélande qui possède son label et aime faire des mixes environ une fois par semaine qu'il laisse sur sa page SoundCloud.

Là l'ambiance est plutôt Deep-House (mais a souvent été Deep-Tech en 2015).

Sinon, pour les alternatifs, on n'hésitera pas, tant pour la party elle-même que pour l'after, à aller voir du côté de Jayrock et Instafunk (toujours sur SoundCloud) pour un son un peu plus électro-funky ou groovy...

Bon sinon j'ai entendu récemment parler de la plateforme MixCloud mais n'ai jamais été encore la visiter... À mon avis ça doit aussi valoir la peine d'autant que là c'est sûr il n'y a que des DJs Mixes.

Partager cet article
Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 18:20

Voici mon premier EP contenant trois versions de "The DreadSick" (l'effroyable malade). En fait j'aurais dû le nommer "I DreadSick", car le DreadSick Blind (l'effroyable malade mental) dont il s'agit et bien c'est moi...

Première version, le mix original; seconde version l'instrumental et troisième version le "Popcorn" remix.

En fait ce n'est pas de la Popcorn pure, c'est plutôt de la Downtempo (les deux premières versions sont à 122.00 BPM et cette troisième à 89.48 BPM) à la sauce semi-popcorn. En effet, les vocals sont dans les basses alors que la musique, elle, est bien dans les aigüs.

Mais enfin c'est surtout intéressant pour le côté humoristique, bien que niveau mélodies et rythmes ça assure aussi.

Bref à retrouver au lien ci-dessous:

https://soundcloud.com/lbph/sets/the-dreadsick-ep

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 04:42

IMG.jpg

 

 

Mise à jour du 30/04/2015:

Il faut que j'explique un peu plus en avant ce qui me plaît dans cet album, en quoi il est original et sort des sentiers battus et rebattus, finalement en quoi il convient de l'acheter et de l'écouter en entier plutyôt que de se contenter des extraits qui passent à la radio (et limités souvent à l'ultime et dernier titre de l'album: Les chansons de l'innocence).

Il y a un cheminement, un fil conducteur, dans le déroulé des 11 titres du premier CD. Ce n'est pas vraiment un "album concept", mais ce pourraît néanmoins bien en être un.

C'est un roman. Quel type de roman? Noir bien sûr (Diskönoir oblige) donc un polar ou un roman d'espionnage. Mais bien plus polar en fait. Mais pas un polar sanguinolant, un polar mixé avec une quête initiatique.

Oui, c'est ça, Les chansons de l'innocence retrouvée racontent une quête polaristique faite de polaroïdes.

Il y a une introduction: Le baiser du destin, la présentation d'un personnage (est-ce un serial lover ou un enquêteur des stups?): L'homme qui marche, un personnage, héros de cette quête initiatique qui le mènera dans toute sorte d'histoires et de constatations philosophiques sur lui-même avant d'en arriver au but même de cette quête: la Disco, la vraie, celle avec boules à facettes, lumières flashes et danseuses (travestis?)...

Certes un polar sans meurtres, sinon de sa bêtise personnelle.

Voilà la raison essentielle qui m'a fait flasher sur cet album, c'est vraiment un album-concept même s'il n'en a pas l'air, un grand album digne d'Étienne Daho et de son écriture ciselée et ciselante.

Un album comme on en voit trop peu dans la chanson française, surtout depuis la disparition de Serge Gainsbourg. Si tu l'achètes pas... you are under arrest!

---------------------------------------------------------

Article d'origine:

C'est sur France Inter à une émission que normalement je n'écoute pas bien que parfois elle en vaille la peine, Eclectik ou quelque chose comme ça (je ne sais plus comment ça s'écrit exactement), que j'ai découvert une interview excellente d'Etienne Daho et la présentation de son nouvel album: "Les chansons de l'innocence retrouvée" avec extraits à la clef.

 

Ce qu'il y a d'extraordinnaire chez Etienne Daho, c'est que les années passent et ont passé depuis les années '80 mais sa voix reste toujours la même quant à son style musical il reste disco, mais s'affine vers une espèce de "disco noire"; à noter d'ailleurs que le titre original qu'il pensait donner à cet album était justement "Diskönoir".

 

Ce qui n'est pas contraire car si certes les titres disco français des années '80 (la New Wave) étaient à musique joyeuse, les textes dénotaient souvent d'une certaine désillusion, tristesse, mélancolie, gravité.

 

Bref, je l'ai acheté dans sa version FNAC, qui n'est rien de plus que la version DELUXE plus un titre sur un troisième CD en acoustique piano-voix. Là je dis, Etienne inquiète-toi. Car l'intérêt de ce titre est certes de nous montrer le travail de Daho depuis la composition pure sur piano jusqu'à l'arrangement final. Mais ça me rappelle un peu la même démonstration qui fut faite pour Serge Gainsbourg, notamment pour son titre "Initials B.B.", mais... après sa mort!

 

Mais parlons pas malheur: Etienne Daho se remet certes d'une complication hospitalière mais s'en remet bien!

 

Sinon, pour les habitués d'Etienne Daho le CD1 est une formidable démonstration de son savoir-faire mêlé de sagesse acquise. Quant à quelques versions différentes des mêmes titres sur le CD2, il fera le bonheur des DJs qui ne manqueront pas de vouloir le passer même dans des soirées plutôt Dance que Disco.

 

Bref l'album-découverte 2013, n'en déplaise à Stromae!

Partager cet article
Repost0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 21:20

Force est de constater que, malheureusement, dans le match qui oppose Djihadistes et Anonymous le score est de 2-0. Et c’est dans la logique des choses dirais-je.

D’abord un petit rappel des faits : en Janvier avait lieu l’attentat en France contre Charlie-Hebdo. Aussitôt un mouvement citoyen mondial se crée spontanément, sous le hashtag #jesuischarlie. Ne voulant pas être en reste, Anonymous décide alors de se lancer dans un match les opposants aux djihadistes : les Anonymous déclaraient à peine un jour plus tard que « des attaques contre des profils Facebook, Twitter et des sites internet faisant publicité du djihad et de l’islamisme radical auront lieu ».

Le bilan du premier round fut désastreux : côté attaques de profils et sites djihadistes, silence radio, rien. Par contre en Avril de cette année la totalité des moyens de communication (Twitter, Facebook, site internet, mais également transmissions télévisuelles comprises) de TV 5 Monde furent bloqués, annihilés, par des pirates se réclamant du groupe de l’État Islamique (EI).

Pis encore : on devait apprendre une semaine plus tard que cette opération d’envergure aurait été préparée depuis le mois de Janvier, c’est-à-dire depuis les menaces d’Anonymous qui à défaut d’avoir été suivies d’effets ont semble-t-il donné bien des idées à certains.

Enfin, deux week-ends plus tard, ce sont les sites des journaux francophones belges Le Soir, La Libre et la DH qui furent attaqués. La réaction d’Anonymous explique pourquoi dans ce match il y a encore beaucoup de déconvenues en attentes...

En effet, suite à cette attaque ultime, Anonymous déclarait avoir « découvert l’auteur de l’attaque, l’avoir identifié » et avoir transmis ces informations à la CCU (Computer Crime Unit de la police fédérale belge).

Super ! D’abord l’auteur de cette piraterie le revendiquait le soir même sur son compte Twitter, donc tout internaute pouvait le connaître et il est à douter que la CCU ne le savait pas déjà dès ce moment. Bref Anonymous découvrait ce que la police savait déjà.

Ensuite niveau contre-attaque, quoi ? Rien ! Anonymous n’a pas trouvé bon ni de pirater le compte Twitter de ce pirate (un adolescent accro aux jeux vidéos), ni même de fouiller plus avant sur ses contacts, ses abonnés, ses abonnements, etc.

Telle est la réalité : d’un bandit vous pourrez faire un portier mais de quelqu’un qui a commencé sa vie comme portier jamais vous ne pourrez faire un bandit !

Qu’est-ce que je veux dire ? Que les Anonymous ont une connaissance informatique apprise en usant leurs pantalons sur les bancs de l’université. Un lieu où l’on apprend à programmer bien proprement des applications et sites bien proprets. Tout juste apprend-on à repérer et identifier une adresse mail et une adresse IP.

On est là très loin des premiers geeks ayant appris l’informatique sur le tas, passant plus d’heures dans le darknet que dans leurs livres universitaires.

Et de fait ces Anonymous bien proprets, ces portiers de boîte de nuit, se sont fait damner le pion une seconde fois par un bandit ado qui n’a certainement pas appris à pirater sur les bancs de son école secondaire...

Bref, en l’état actuel des choses, le match est à 2-0 et pour remonter un peu leur score les Anonymous devraient peut-être apprendre à être un peu plus offensif, c’est-à-dire faire des choses qui sortent de la légalité, des choses pas très propres, des choses qu’on apprend pas dans les cours d’unif censés former les futurs cadres informatiques des banques et autres sociétés utilisant le high-tech...

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 02:13

Et ça y est, en fait la ligne de commande FileIO.etc... est belle et bien disponible même sous la forme "Application Bureau Windows".

Donc cette version 3.0 de CoDec, toujours programmée à partir de Visual Basic 2013, est ergonomiquement plus facile à utiliser: vraies boîtes de dialogue Windows (pour l'ouverture et l'enregistrement des fichiers, l'entrée du code) qui font que dorénavant vous n'avez plus à connaître textuellement le chemin d'accès à un fichier.

Mais toujours des problèmes possibles et récurrents à propos des accents et des cédilles! En fait sur ce dernier point je n'ai même pas testé car la partie de traitement du fichier est exactement identique à la dernière version de 2.0.

Bref uniquement une amélioration visuelle.

Lien: http://1drv.ms/1INTodi​

Voici le code source de l'interface de dialogue:

 

Codage amateur CoDec 3.0 programmé sous Visual Basic

Et pour ce qui est de l'algorithme de traitement il ne change pas par rapport à 2.0 sauf qu'il n'y a plus d'appel de Sub (sous-programme) mais que la programmation est strictement linéaire... peu digne de l'OO (Orienté Objet) en fait, mais que voulez-vous pour un programme si simple quand même il n'y a pas besoin de complications!

Partager cet article
Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 09:10

Comme vous le savez sans doute, cela faisait très longtemps que j'avais envie d'adapter mon utilitaire CoDec programmé initialement en QuickBasic pour Windows XP vers Visual Basic compatible Windows 7 et 8.1.

Défi à moitié réussi. Le grand défaut de Visual Basic est que pour les Applications type fenêtres de programme Windows, on ne sait pas manipuler un fichier caractère par caractère. Pour cela il faut en rester à un format "console". Donc de type lignes de commandes même si MS-DOS a disparu de Windows 8.1.

Autre défaut de cette version, et c'est pourquoi je recommanderai vivement aux utilisateurs de Windows XP de préférer ma version précédente de l'utilitaire: cette version ne permet pas l'usage d'accents ou de cédilles ni dans le texte à traiter ni dans le code que vous choisirez pour coder ou décoder le texte!

C'est là un inconvénient de taille. Sinon, hormis cela, il permet réellement, contrairement à la version précédente, de gérer des fichiers pouvant aller jusqu'à 2 Go - 1 octet (1,99 Go dirons-nous).

Pour encoder le texte le mieux reste encore d'utiliser WordPad plutôt que un outil Office et bien entendu enregistrer le texte au format .txt dans un répertoire racine dont on connaît le chemin d'accès textuel (comme sous MS-DOS donc).

Genre d:\texte.cod ou c:\textes\texte.cod

Le fichier directement exécutable est zippé, il faut télécharger le dossier "CoDec 2.0.zip", le décompresser puis pour y avoir accès plus facilement faire un "envoyer vers bureau (raccourci)".

Lien: http://1drv.ms/18WnU88​

Pour ce qui est des lignes de code en Visual Basic:

Utilitaire de codage amateur CoDec 2.0 sous Windows
Utilitaire de codage amateur CoDec 2.0 sous Windows

Mise à jour vers CoDec 2.0.1 (toujours nommé 2.0 sur le Cloud) le 31/03/2015.

Une mise à jour s'imposait afin d'abord de rendre plus rapide l'utilitaire mais aussi d'apporter des corrections majeures à quelques défauts. Désormais l'usage de CD-RW est rendu plus rapide et plus fluide et l'usage de CD-ROM est désormais tout-à-fait possible sans générer d'erreurs.

Le code a été modifié ainsi:

 

Utilitaire de codage amateur CoDec 2.0 sous Windows

------------------------------

Pistes pour les développeurs:

L'usage de la ligne de commande FileIO.FileSystem.ReadAllBytes(fs) pourraît grandement améliorer cet utilitaire car il crée un tableau d'octets (et non plus une chaînes de caractères codés sous 16 bits), pouvant permettre d'envisager de réellement coder tout type de fichiers (sans balises fixées pour la sécurité du code et donc du contenu). Ainsi on pourraît envisager de coder des fichiers .wav.

Je vais personnellement y réfléchir, ce serait une bonne version pour un CoDec 2.2...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Town Ground anc. Igor Gorovitch
  • : Créations électroniques d'un dissident du numérique bien intégré. Musique style 90's et (un peu) programmation style années 1980 (80's). Les eighties au cœur.
  • Contact

Recherche